Mes calendriers

Mes calendriers sous divers formats

Ma collection

Toute ma collection de calculatrices, calculatrices programmable, ordinateur de poche.

Ma bibliothèque

Tous les scans de ma bibliothèque

Ancienne Collection

Machines dont le me suis séparé, et qui ne font plus partie de ma collection.

 ↑  
Me contacter

pour me contacter, remplissez le formulaire en cliquant ici open_envolope.jpg

si le formulaire ne fonctionne pas, envoyez-moi un mail à

collection point sasfepu chez free point fr

Offrez moi un café

Si mes calendriers, mes scans ou mon site vous ont intéressés, offrez moi un café en cliquant sur la tasse.

tasse_cafe.png

Visites

 117026 visiteurs

 3 visiteurs en ligne

Histoire des calculatrices Hewlett Packard

hp.gif

4 janvier 1972 : Naissance de la HP 35, première calculatrice scientifique, célèbre sous le nom de "règle à calcul électronique".
Et premier succès : en 3 ans, elle fut vendue à 300 000 exemplaires.
En 1973, étaient lancées la HP 80, une financière dont la durée de vie serait une des plus longues de la gamme HP (5 ans) et une scientifique "avancée", la HP 45.
En 1974, nouveau produit phare, la HP 65, première calculatrice programmable acceptant des cartes magnétiques précédent la HP 70, une commerciale moins chère, et la HP 55, une scientifique programmable.

Regroupés sous le label "série classique", ces modèles furent suivis en 1975 et 76 de la série "Woodstock", une gamme dont le prix était plus modéré (aux alentour de 1000FF).
Ainsi, en 1975, apparurent : la HP 21A, une calculatrice scientifique qui remplaça la 35, la HP25A, programmable (49 lignes de programme) à coût modéré, la HP25C, à mémoire continue, et une commerciale, la HP22A.
En 1976, sortit dans la même série la HP27A, une polyvalente capable d'effectuer aussi bien des calculs financiers, scientifiques ou statistiques. Entre-temps était apparu le premier modèle de la série "Topcat", la HP 91, une scientifique avec imprimante, suivie de deux modèles programmables prenant la succession de la 65 : la HP 67 (dans la série Woodstosk) et la HP 97, une version "Topcat" de la 67, reliée à une imprimante thermique. Ces deux modèles admettaient un lecteur de cartes.

Année importante pour HP Calcul, 1976 vit l'ouverture de l'usine de Corvallis (dans l'Oregon), qui allait désormais produire toutes les calculatrices, jusqu'alors fabriquées en Californie, à Cupertino. Corvallis employait 175 salariés à sa création, elle fait travailler aujourd'hui près de 2000 personnes. (Aujourd'hui = fin 1992).
En 1977, quatre nouveaux modèles furent introduits sur le marché : la HP92, une financière à imprimante, dernière de la série "Topcat", la HP 10A, une mini calculatrice à imprimante, la HP29C, une programmable scientifique à mémoire continue, dernière de la gamme "Woodstock" et la HP 19C, une 29C dans une enveloppe de 10A : mini-programmable scientifique à mémoire continue avec imprimante.
En 1978, la série Spice remplaça la gamme Woodstock. La première génération fut appelé série E. Le prix des modèles de cette série était moitié moindre de celui des calculatrices équivalentes de la série 20 (Woodstock).
Ainsi, la HP 31E, semblable à la 35 et à la 21, se vendait aux USA à moins de 60$.
Sortirent successivement la HP 33E, semblable à la 25A (49 ligne de programme), la HP 38E (programmable admettant 99 lignes de programme), la HP 32E, calculatrice scientifique et statistique, et la 37E, une commerciale disponible aux alentours de 75$.

C'est en 1979 qu'eut lieu la troisième grande innovation de HP : l'avènement de la HP 41C.
Cette machine, munie d'un clavier alphanumérique, disposait d'une imprimante fonctionnant sur piles, et d'un lecteur de codes barres. Elle pouvait également récupérer les programmes développés sur la HP 67 et 97. Elle eut un succès fulgurant et durable, puisque la 41 détient le record de longévité des produits HP Calcul.
Peu après, sortirent les derniers modèles de la gamme Spice : la HP 33C et la HP 38C, version à mémoire continue de la 33E et de la 38E, et la HP34C, scientifique programmable intégrant les fonctions SOLVE et INTEGRATE.
En 1980, la HP 41CV fut introduite. C'était une HP 41C dotée d'une mémoire cinq fois supérieure. En 1981, fut créé le mode HP-IL (Hewlett Packard Interface Loop).
1981 vit le démarrage de la série "voyageur", avec la HP 11C, scientifique programmable, et la HP 12C, financière programmable. Cette série représentait un pas dans la miniaturisation des programmables à mémoire continue. Un an plus tard, elle fut complétée par la HP 15C, destinée aux ingénieurs, la HP 16C, destinée aux informaticiens, et la HP 10C pour les étudiants.

La fin de l'année 1982 marqua l'entrée de HP dans le monde des ordinateurs portables, avec le HP 75, encore appelé "kangourou". Muni du "basic", il était capable de piloter des imprimantes standard.
Fin 83, sortit la HP 41CX, une version étendue de la HP 41CV.
En 1984, outre le HP 75D, l'ordinateur de poche HP71B fut introduit.
Plus petit mais plus puissant que le HP 75, il disposait d'une mémoire de 64Ko, d'un clavier définissable par l'utilisateur, et de possibilité d'extensions remarquables.
Peu de modèles remarquables sortirent en 1985 et 86 : la HP 18C, les HP 94D, E, et F, qui ne tiendront que deux ans.

C'est en 1987 qu'une nouvelle révolution se produisit avec l'avènement de la HP 28, C puis S.
Sur la lancée, 1988 fut une grande année avec pas moins de neuf modèles :
HP 10B, HP 14B, HP 17B, HP 19B, et les modèles de la série S, HP 20S, HP 22S, HP 27S, HP 32S, HP 42S.
En 1989, la HP 21S, la HP 17BII, et la HP 19BII.
1990 : HP 48SX, première de la série X ("expandable").
1991 : HP 48S, HP 32SII, et le HP 95LX, alias jaguar.


Date de création : 14/02/2015 : 19:10
Catégorie : Ma collection - Autres articles
Page lue 1184 fois